top of page
HAN RONG 362 - NW Indian Ocean (1).jpg

Inter-agency Cooperation to End IUU Fishing in the Union of Comoros



Moroni, 2nd March 2023: The Union of Comoros will soon have its National Committee dedicated to the fight against IUU fishing.


This is the result of an inter-agency workshop held on 1st and 2nd March 2023 in Moroni, organised by the National Fisheries Control and Surveillance Centre (CNCSP) in collaboration with the Indian Ocean Commission (IOC) and funded by the European Union (EU).


The Comoros workshop was the first in a series of seven national workshops that TMT will facilitate in the coming months. TMT’s mission in this context is to conduct an assessment of inter-agency cooperation in fisheries MCS in the countries participating in the IOC Regional Fisheries Surveillance Plan (PRSP), and to support the establishment or strengthening of national inter-agency cooperation mechanisms.


The Union of Comoros, identified since 2017 by the EU as a non-cooperating third country in the fight against IUU fishing, has been trying over the past six years to get this “red card” lifted as it prevents, among other things, the export of fish products to the European market or the negotiation of a Sustainable Fisheries Partnership Agreement (SFPA) with the EU – the previous agreement was denounced in 2018 following the red card.


Challenges identified at the time have led, over recent years, to the signature of bilateral cooperation agreements between national administrations in order to facilitate cooperation in areas such as the conduct of joint fisheries surveillance patrols or the registration of fishing vessels. The latter point is crucial for the lifting of the red card, as Comoros runs an open registry and previously allowed for the flagging of fishing vessels operating globally without having the means to monitor their operations and assume flag State responsibilities.


The establishment of a National Commission will allow for monitoring the execution of those bilateral conventions, as well as facilitating other joint activities considered as priorities for small-scale fisheries MCS in Comoros. This includes the establishment of a system for keeping track of infractions detected by all agencies mandated for fisheries enforcement, and facilitating the case-building process and the ensuing administrative and legal proceedings.


The Comoros workshop and the upcoming ones in Tanzania, Mozambique, Seychelles, Madagascar, Kenya and Mauritius are organised under the ECOFISH project, an EU-funded project implemented by IOC. The project’s component on marine fisheries MCS provides critical funding for the running of joint MCS operations under the PRSP, the first African regional patrol mechanism established in 2007.






-----

Moroni, le 2 mars 2023: L’Union des Comores se dotera bientôt d’une Commission Nationale dédiée à la lutte contre la pêche INN. C’est le résultat d’un atelier inter-administrations mené les 1 et 2 mars 2023 à Moroni, organisé par le Centre National de Contrôle et de Surveillance des Pêches (CNCSP) en collaboration avec la Commission de l’Océan Indien (COI) et avec le financement de l’Union européenne (UE).


L’atelier des Comores était le premier d’une série de sept ateliers nationaux que TMT animera dans les mois à venir. La mission de TMT dans ce cadre est de conduire un état des lieux de la coopération inter-administrations en matière de SCS des pêches dans les pays participants au Plan Régional de Surveillance des Pêches (PRSP) de la COI, et de soutenir la mise sur pied ou le renforcement de mécanismes de coopération-inter-administrations au niveau national.


L’Union des Comores, qualifiée depuis 2017 par la Commission européenne comme pays tiers non-coopérant dans le cadre de la lutte contre la pêche INN, tente depuis bientôt six ans de faire lever ce « carton rouge » qui l’empêche, entre autres, d’exporter des captures vers le marché européen ou de négocier avec l’UE un Accord de Partenariat pour une Pêche Durable (APPD) – l’accord précédent ayant été dénoncé suite au carton rouge.


De nombreux défis identifiés alors ont mené ces dernières années à la signature de conventions bilatérales entre administrations dans le but de faciliter la coopération dans des domaines tels que la conduite de patrouilles de surveillance conjointes ou l’immatriculation des navires de pêche – ce dernier point étant un enjeu majeur pour la levée du carton rouge. En effet, l’Union des Comores, en maintenant un registre de type « ouvert », permettait l’immatriculation de navires de pêche actifs aux quatre coins du globe sans avoir les moyens de suivre leurs opérations et d’assumer ses responsabilités d’Etat de pavillon.


La mise sur pied d’une Commission Nationale permettra le suivi de l’exécution de ces différentes conventions bilatérales, ainsi que la facilitation d’autres activités conjointes prioritaires pour les Comores dans le domaine du SCS de la pêche artisanale. Cela inclut notamment la mise sur pied d’un mécanisme de suivi des infractions que plusieurs institutions ont pour mandat de constater, afin de faciliter l’instruction des dossiers d’infraction et leur traitement administratif ou judiciaire.


L’atelier des Comores et les prochains en Tanzanie, au Mozambique, aux Seychelles, à Madagascar, au Kenya et à Maurice sont organisés sous le projet ECOFISH, un projet financé par l’UE et mis en œuvre par la COI. La composante du projet dédiée au SCS des pêches maritimes fournit un financement nécessaire aux opérations SCS conjointes du PRSP, le premier mécanisme de patrouilles régionales en Afrique établi en 2007.




bottom of page